Home / Essais Routiers / CabrioCanada 150 avec Mercedes-Benz: au pied des Rocheuses

CabrioCanada 150 avec Mercedes-Benz: au pied des Rocheuses

L’avant-dernière journée de notre périple à travers le Canada, le CabriOCanada 150,  au volant de la gamme complète de cabriolets de Mercedes-Benz s’est déroulé en Alberta. Cette fois, la route nous a mené de Calgary à Edmonton, une portion d’autoroute plutôt monotone, si ce n’était d’un détour par Canmore, au cœur des montagnes Rocheuses et à quelques kilomètres seulement de la destination bien connue qu’est Banff.
Ici, ce sont des montagnes à perte de vue, des neiges éternelles en abondance.. Et des changements de température plus que brusques. Au départ de Calgary, nous avons choisi notre véhicule: une ultraconfortable Mercedes-Benz S550 cabriolet. Après tout, il reste encore quelques centaines de kilomètres à parcourir et la fatigue commence à se faire sentir.
La voiture est, sans équivoque, la plus confortable de la gamme de cabriolet. Ne lui cherchez pas de défaut dans ce domaine, elle les surpasse tous. L’espace intérieur y est plus qu’abondant (bien que les places arrière soient plus étroites que l’on pourrait le croire à première vue et que le dégagement pour les jambes y soit fortement restreint), et les sièges offrent la position la plus confortable que l’on puisse espérer dans un cabriolet.
Les dimensions du véhicules sont imposantes, et sa maniabilité parfois difficile comme nous avons pu le constater lors d’un court détour dans une petite localité, mais la grande routière qu’est la Classe S a fait de cette journée un charme. Ou presque…
Bien sûr, nous avons tiré profit de son moteur de V8 de 449 chevaux, et nous avons été surpris de la consommation minimale: moins de 10,3 litres aux 100 kilomètres de moyenne, malgré les routes montagneuses et la vitesse limite permise à 110 km à l’heure.
Nous avons aussi apprécié la capacité du toit de se refermer rapidement, et jusqu’à 60 km à l’heure. Il faut savoir que la température est changeante en zone montagneuse. Nous sommes donc passés d’un frais 12 degrés ensoleillé à un peu de pluie, à une véritable tempête de grêle qui nous a pris par surprise et qui a mis à rude épreuve le système antidérapage de la voiture en s’accumulant de plus de deux centimètres sur la chaussée.
Heureusement, le tout n’a duré que quelques minutes (longues quand on est au volant) et le soleil est rapidement revenu pour la fin du périple.
Il ne reste qu’une étape, et une seule capitale: Victoria, capitale de la Colombie-Britannique, que nous visitons demain. C’est dans ces moments que l’on constate que le Canada est un grand pays!

Haut