Home / Actualités / Coupe Nissan Micra : la série monotype qui a le vent dans les voiles

Coupe Nissan Micra : la série monotype qui a le vent dans les voiles

Les séries de courses automobiles monotypes comportent des avantages indéniables autant pour les pilotes que pour les spectateurs. Les véhicules inscrits ayant la même puissance, le même poids et les mêmes composantes créent une rivalité authentique entre les participants, qui sont forcés de dépendre strictement sur leurs talents de pilotes pour prendre les devants sur leurs rivaux en piste.

Nissan Micra Cup

Pour que cette « magie » se produise, une série monotype doit élire un véhicule fiable, abordable, suffisamment performant sur les plans de la tenue de route et de la puissance – en plus d’avoir un encadrement du constructeur pour mousser la visibilité de l’organisation.

La Coupe Nissan Micra a (presque) tous ces éléments. Si la Micra est agile sur la route, très abordable -c’est actuellement la voiture neuve la plus abordable au pays-, elle n’est pas extrêmement puissante. Du haut de ses 109 chevaux, il est difficile de croire à première vue qu’elle peut se mouvoir de manière dynamique sur un circuit et encore moins attirer des pilotes de haut calibre…

Or, ceci n’a pas semblé dissuader les inscrits de la Coupe Nissan Micra. Au cours des quatre années de son existence, la Coupe Nissan Micra a su organiser des épreuves sur les mêmes circuits que les voitures de catégories GT qui développement souvent au-delà des 500 chevaux. De plus, la série attire des pilotes de tous les âges, du jeune pilote désireux de faire le saut du karting à la voiture, jusqu’au plus âgé qui compte s’amuser sur un circuit sans se ruiner.

Les quatre saisons de la Coupe Nissan Micra

Cinq ans auparavant, Nissan réanimait la sous-compacte Micra sur le territoire canadien. Et l’idée est venue au constructeur de fonder une série de courses dans le but de non seulement démontrer que la voiture n’était pas seulement étiquetée comme la voiture la plus abordable sur le marché, mais bien de vanter ses caractéristiques sur le plan de l’agrément de conduite. Donc, le championnat fut organisé – avec un engagement ferme de la part du constructeur Nissan. Au tout début, seules quelques pistes au Québec comme l’autodrome Saint-Eustache faisaient partie des arrêts de la Coupe Nissan Micra.

À la deuxième saison, la série grandit considérablement. Non seulement sur le plan des inscriptions, mais également sur le plan géographique. On fait alors le saut vers l’Ontario en ajoutant des pistes comme le Canadian Tire Motorsport Park et Calabogie au calendrier. La couverture de la série aussi se voit attribuer plus d’attention, avec des capsules sur les réseaux RDS et TSN.

À la troisième saison, la Micra se voit attribuer sa première itération mécanique. On troque la suspension Nismo pour une suspension faite spécifiquement pour le sport motorisé, afin de donner encore plus d’agilité à la petite voiture. De plus, l’organisation invitera dès lors tous les propriétaires de Nissan Micra à participer aux événements de la série. Sur certains circuits, on offre même aux propriétaires d’effectuer un tour de piste à bord de leur voiture.

La quatrième saison – qui est sur le point de se terminer –, signale le début des courses de 40 minutes qui fournissent à la fois plus de temps de pistes aux pilotes, et un spectacle plus enlevant pour les spectateurs. On introduit également une chaîne YouTube, Micra Cup TV, dont les épisodes sont animés par le populaire journaliste automobile Antoine Joubert.

Avec une moyenne de 25 pilotes inscrits à ses épreuves, les organisateurs de la Coupe Nissan Micra ne cherchent pas à faire de grosses annonces pour la prochaine saison. Selon eux, la recette actuelle ne fait pas uniquement « fonctionner », elle est excellente!

Haut