Home / Essais Routiers / Essai routier Mercedes-Benz Classe C 2017, un peu de plaisir

Essai routier Mercedes-Benz Classe C 2017, un peu de plaisir

(Trieste, Italie) Imaginez vous, roulant avec un peu d’enthousiasme sur la plus belle des routes devant vous. Sinueuse à souhait, sans l’être de façon excessive, recouverte d’une asphalte toute neuve, bordée de vignobles et de paysages pittoresque, vous faisant traverser des dizaines de petits villages à l’architecture unique.

mercedes-benz classe C cabrio001

(Trieste, Italie) Imaginez vous, roulant avec un peu d’enthousiasme sur la plus belle des routes devant vous. Sinueuse à souhait, sans l’être de façon excessive, recouverte d’une asphalte toute neuve, bordée de vignobles et de paysages pittoresque, vous faisant traverser des dizaines de petits villages à l’architecture unique. Sur le capot de la voiture, l’étoile …

Evaluation Sommaire

Performance - 90%
Agrément de conduite - 85%
Confort - 80%
Sécurité - 90%
Espace intérieur - 85%
Prestige - 80%

85%

Votre évaluation: Soyez la première à évaluer ce véhicule!

Sur le capot de la voiture, l’étoile d’argent permet rapidement de la situer : il s’agit bien d’une Mercedes-Benz. Mais les lignes renouvelées et la forme du cabriolet intriguent. Quelques passants font même stopper le véhicule pour comprendre de quoi il s’agit. Cette aventure, c’est celle que j’ai vécu au volant de la Mercedes-Benz Classe C cabriolet, à l’occasion de son lancement mondial, tenu entre l’Italie et la Slovénie.

L’expérience Mercesdes-Benz, c’est exactement cela : être capable d’impressionner le conducteur  la fois par la conduite du véhicule, et par l’aura qu’elle dégage. Notre passage dans les rues de Trieste, ou de l’un des nombreux villages slovènes dont je suis bien incapable de me souvenir du nom, a fait tourner les têtes et attirer les regards. Les Mercedes-Benz Classe C cabriolet est nouvelle mais sa grâce naturelle et son physique un peu athlétique, doublé dans certains cas d’un ronronnement à faire frissonner les amateurs, nous ont valu de nombreux pouces levés, quelques arrêts forcés, et même d’être pris en photos à de nombreuses reprises par des amateurs.

Je n’aurai pas la prétention de croire que ces gens désiraient une photo du conducteur, et je céderai toute la place à la voiture.

Quatre puissances, quatre versions

Quatre versions du cabriolet sont au menu. La version dite de base, la C300, installe sous le capot un moteur 2,0 litres 4 cylindres turbo de 241 chevaux, un rouage intégral et une boite de vitesse 9G-tronic. Agréable, la voiture s’est tout de même montrée un peu plus difficile à enthousiasmer sur les routes les plus accidentées, et semble perdre rapidement son souffle quand on la sollicite avec un peu d’insistance.

mercedes-benz classe C cabrio017La C 43 AMG est sans doute la mieux équilibrée des quatre. Son moteur V6 biturbo 3,0 litres de 362 chevaux est nerveux, souple et agréable. Elle reçoit aussi le rouage intégral et la boite 9G-tronic, mais offre un mode manuelle plus qu’amusant à triturer.

Les amateurs de sensations plus fortes se tourneront davantage vers les deux versions à moteur V8, soit la C63 AMG et sa sœur plus puissante, la C 63S. Dans les cas, oubliez le 4MATIC et misez plutôt sur une boite automatique 7 vitesses aux changements rapides, mais avouons-le, un peu plus brusques. En revanche, il faut bien avouer que la sensation ressentie au moment de la rétrogradation, manuelle ou automatique, est indescriptible tellement la transmission permet des transitions précises.

Outre la puissance, notons que les suspensions diffèrent aussi du modèle de base aux modèles les plus puissants, ces derniers proposant notamment une suspension plus sportive et adaptative qui permet de contrôler les transferts de poids quasiment avec magie. Car le cabriolet a beau être plus lourd que les autres de la Classe C, on n’en ressent pas véritablement les nuances, peu importe l’insistance avec laquelle on aborde les virages.

Affaire de look

La Mercedes-Benz Classe C cabriolet a d’évidents airs de famille avec la très stylée, et très imposante, Classe S. La portion avant, musclée et mettant en évidence le logo de la marque, est encadré de blocs optiques et d’un capot sculpté, vient confirmer cette appartenance. En fait, la petite cabrio reprend exactement là où les autres membres de la famille ont laissé.

L’habitacle n’a rien de neuf pour Mercedes-Benz : la finition et l’ergonomie sont sans reproche et calqués aussi sur ce que propose la version Coupé de la Classe C, incluant l’écran d’affichage au milieu de la planche de bord et le système COMAND multimédia.

mercedes-benz classe C cabrio035Les occupants avant ont assez dégagement pour ne jamais se rendre compte qu’ils sont dans un cabriolet, alors que ceux à l’arrière n’auront qu’un tout petit compromis à faire à la hauteur de la tête.

On ne saurait prétendre au titre de cabriolet de luxe sans offrir un toit facile à manipuler (il se rétracte en 20 secondes et offre une finition à trois couches qui réduit au silence les bruits de vent), et un système limitant les turbulences. Dans le Classe C, le AirCap, un petit volet logé au haut du pare-brise et une grille anti turbulence entre les sièges arrière permet de protéger les occupants du vent s’engouffrant dans l’habitacle avec trop de violence.

Petit raffinement supplémentaire, le AirScarf, un petit jet d’air chaud qui souffle dans le cou des occupants pour leur assurer plus de confort, est aussi disponible.

Conduite agréable, silhouette stylée (les dizaines de pouces levés sur notre passage en sol italien en témoignent) et un toit bien pensé, la Mercedes-Benz Classe C cabriolet vient compléter une famille qui avait déjà son lot de qualités. Il faudra cependant attendre encore quelques mois pour savoir à quel prix cette nouveauté nous sera offerte.

Haut