Home / Essais Routiers / Essai routier Nissan GT-R 2017 : si Connor McGregor était une voiture

Essai routier Nissan GT-R 2017 : si Connor McGregor était une voiture

La Nissan GT-R a reçu plusieurs améliorations cette année, des améliorations qui ont comme objectif de rendre la voiture plus raffinée et plus facile à conduire au quotidien.

Son design est également légèrement retouché et elle est aussi un tantinet plus puissante. Ces modifications ne changent pas la personnalité de la voiture cependant et elle demeure un véritable monstre qu’il faut respecter en tout temps.

La Nissan GT-R 2017, c’est le Connor McGregor du monde automobile. Elle ne fait rien comme les autres, elle est bruyante et arrogante, et elle a autant d’admirateurs que de détracteurs. Cela dit, il est impossible de nier ses qualités de sportive et sa puissance brute qui lui permettent de rivaliser avec des bolides beaucoup plus exotiques et dispendieux.

Alors que certaines voitures tentent de plaire à tout le monde, la Nissan GT-R ne s’excuse pas d’être ce qu’elle est. Personnellement, je ne peux qu’aimer et admirer le porte-étendard de la gamme Nissan. Elle n’est pas nécessairement belle à mes yeux et je la trouve même grotesque parfois, mais dès que je suis derrière le volant je me souviens pourquoi j’aime tant les voitures.

Pour 2017, le moteur V6 biturbo de 3,8 litres de la Nissan GT-R passe à 565 chevaux et 467 lb-pi de couple. Une boîte automatique à double embrayage comptant six rapports s’occupe de transmettre la puissance aux quatre roues par l’entremise du rouage intégral ATTESA E-TS.

Ce système perfectionné est non seulement utile sur une piste où il assure une stabilité exceptionnelle, mais aussi sur la route été comme hiver. La GT-R est très puissante et atteint 100 km/h en 3,0 secondes environ, mais ce n’est pas une voiture difficile à conduire nécessairement. Si j’étais l’heureux propriétaire d’une GT-R, je n’hésiterais pas à la conduire tous les jours, et j’attendrais la première tempête de neige avec impatience.

Évidemment, il faut respecter un bolide avec une telle puissance sous le capot. Les accélérations sont toutes aussi violentes que les spécifications techniques laissent croire, et très peu de voitures sont en mesure de vous coller à votre siège comme une GT-R quand on écrase la pédale droite. Dans cette gamme de prix, il n’y en a aucune. Nous parlons ici d’accélérations qui rivalisent avec une Tesla Model S ou encore une Porsche 911 Turbo S.

La sonorité du moteur est cependant un tantinet décevante. Si vous aimez faire vibrer le centre-ville de Montréal par un samedi soir d’été en laissant le moteur crier à chaque coin de rue comme le font tant de propriétaires de Lamborghini, vous serez déçus. Oh, les quatre énormes sorties d’échappement de la GT-R laissent filer un son distinct et agressif, mais il faut faire monter l’aiguille du compte-tours. À basse vitesse, c’est assez calme.

L’habitacle de la Nissan GT-R n’est pas des plus modernes, mais l’on remarque les améliorations apportées cette année. Il y a moins de commandes ici et là sur la console centrale, le système d’infodivertissement est au goût du jour et le cuir Nappa qui recouvre le tableau de bord ajoute une touche d’élégance nécessaire dans un véhicule de ce prix.

Le coffre affiche un volume intéressant pour une voiture aussi puissante, et si jamais vous manquez d’espace vous pouvez mettre des objets sur la banquette arrière. C’est mieux que de demander à un humain d’y prendre place ça c’est certain…

La Nissan GT-R 2017 est une voiture que l’on achète parce que nous voulons des performances à couper le souffle que nous pouvons exploiter à longueur d’année. C’est une voiture unique qui fait encore tourner les têtes et qui est offerte à un prix somme toute raisonnable compte tenu des performances offertes.

Haut