Home / Essais Routiers / PREMIER ESSAI: Mercedes-Benz Classe E Cabriolet 2018

PREMIER ESSAI: Mercedes-Benz Classe E Cabriolet 2018

Peaufiner un Picasso

Le véhicule parfait n’existe pas. Cependant, il y a des produits qui s’en approchent grandement. La Classe E de Mercedes-Benz est l’une d’elles et notre premier contact avec la variante décapotable, dévoilée à la presse mondiale du côté de la Suisse, est venu nous le confirmer.

Mercedes-Benz Classe-E Cabriolet

Véritable pilier de l’entreprise à travers le monde, la Classe E roule sa bosse sous cette appellation depuis 1993, mais dans les faits, on parle d’un produit qu’on raffine sans cesse depuis le début des années 50.

L’an dernier, le modèle que l’on peut considérer comme celui de 10e génération s’est pointé. Son renouvellement prend fin avec l’introduction de la variante décapotable.

La perfection ?

A-t-on atteint la perfection avec cette nouvelle mouture? D’emblée, on vous répond non, mais bon sens que l’objectif est à portée de main. Remarquez qu’il le sera toujours.

Cette quasi-perfection, elle prend d’abord forme à travers un design qui se laisse contempler, et ce, qu’importe l’angle emprunté. Puis en prenant le temps d’analyser le travail qui a été fait à bord, tant au niveau de la présentation que de la qualité de cette dernière. En fait, la firme de Stuttgart nous présente ici un produit d’une grande qualité, à tel point qu’au niveau du luxe et du raffinement, cette Classe E mimique la Classe S, le navire amiral de l’entreprise, celle qui représente le nec plus ultra en matière de savoir-faire Mercedes-Benz.

Cette quasi-perfection, elle se sent et elle se ressent, aussi. Elle se sent, car lorsqu’on monte à bord, on peut y respirer le luxe, caractérisé par l’utilisation de cuirs et de matériaux soignés. Elle se ressent en prenant les commandes et en profitant de l’expérience de conduite, très relevée. En fait, la voiture pourrait être qualifiée de bipolaire; elle peut dorloter à souhait avec les réglages de la suspension en mode Confort, ou se transformer en bête de piste à la sélection des réglages du châssis au mode Sport. À ce moment, on n’a qu’une seule envie ; attaquer chaque sinuosité de la route avec le couteau entre les dents. Pour ce faire, la E400 4Matic vous avance un V6 biturbo de 333 chevaux et 354 livres-pieds de couple, lequel est jumelé à une boîte automatique à neuf rapports dont le travail peut être résumé en un seul mot : souplesse.

Mercedes-Benz Classe-E Cabriolet

Et comme si ce n’était pas assez, la Classe E peut recevoir une impressionnante quantité d’aides à la conduite, des aides qui nous projettent dans le futur et l’univers de la conduite autonome. Sur n’importe quelle route balisée, par exemple, le volant peut être relâché pendant de bons moments et la voiture suit le tracé comme une bête docile. Elle vous demandera de reprendre les commandes après un certain temps, et si vous n’obtempérez pas, elle s’immobilisera toute seule, comme une grande, après avoir pris soin d’activer les feux de détresse. Un autre exemple : à l’activation du clignotant pendant deux secondes, elle peut changer de voie sans votre aide sur l’autoroute, et ce, après avoir vérifié s’il était sécuritaire de le faire. La détection d’obstacles avec freinage d’urgence, la capacité de se garer seule à la simple pression d’une commande sur votre téléphone intelligent ainsi qu’un système de prévention contre les collisions arrière sont trois autres des caractéristiques intelligentes avancées par cette voiture. Dans ce dernier cas, si la Classe détecte que le véhicule qui vous suit va vous emboutir, le frein d’urgence peut être activé automatiquement et vos ceintures vont vous coller à votre siège.

Version et prix

Au moment de l’arrivée de cette variante sur notre marché, une seule déclinaison sera nôtre, soit la E400 4Matic. Son prix nous sera communiqué sous peu. On peut s’attendre à ce qu’au moins une autre version se joigne à la famille, mais de ce côté, on est muet comme des carpes chez Mercedes-Benz Canada. On se contente de sourire lorsqu’on pose la question.

Modèles concurrents

Mercedes-Benz Classe-E Cabriolet

Si la version coupée de la Classe E compte sur plusieurs rivales, la situation diffère dans le cas de la variante proposée sans couvre-chef permanent. Pour l’instant, on doit regarder du côté d’Audi avec la A5 Cabriolet.

Conclusion

Sans être une voiture parfaite, la Classe E Cabriolet offre une expérience qui frise la perfection. En matière de confort, de douceur de roulement et de raffinement, on nous livre un ensemble fort impressionnant ici.

Les critiques qui peuvent être attribuées à cette voiture seront plus des observations du genre cas par cas. Un tel n’aimera pas tel truc ou un autre trouvera qu’il manque ceci ou cela à la voiture. Sur une note personnelle, l’écran du tableau de bord, qui regroupe toute l’information possible, n’arrive pas à me convaincre ; les cadrans traditionnels me manquent.

Du reste, on a ici accouché d’une voiture capable de séduire à peu près tout le monde.

Peaufiner un Picasso Le véhicule parfait n’existe pas. Cependant, il y a des produits qui s’en approchent grandement. La Classe E de Mercedes-Benz est l’une d’elles et notre premier contact avec la variante décapotable, dévoilée à la presse mondiale du côté de la Suisse, est venu nous le confirmer. Véritable pilier de l’entreprise à travers …

Evaluation Sommaire

Confort - 95%
Performances - 85%
Agrément de conduite - 85%
Espace intérieur - 85%
Rapport qualité/prix - 90%

88%

Votre évaluation: 3.77 ( 6 votes)

Haut