Home / Actualités / La série Black Badge de Rolls-Royce : le luxe merveilleusement obscur

La série Black Badge de Rolls-Royce : le luxe merveilleusement obscur

La scène sort tout droit d’un film de James Bond. Un hélicoptère et quelques Rolls-Royce sont garés dans un hangar en bordure de l’aéroport Montréal-Trudeau. Sous un grand voile noir au fond de la gigantesque salle joliment décorée pour l’occasion se trouve la Rolls-Royce Ghost Édition Black Badge 2017. Journalistes, acheteurs potentiels et amateurs de la marque, tous vêtus de leurs plus beaux habits, attendent impatiemment le dévoilement de la voiture dans cet emplacement au caractère opulent.

Rolls Royce Black Badge

Rolls Royce Black Badge

Une fois la musique arrêtée et le discours du président de Rolls-Royce Montréal terminé, le voile est finalement retiré. Les spectateurs peuvent enfin examiner cette nouvelle venue dans la famille Rolls-Royce, de la même manière que l’on contemple un diamant d’une valeur inestimable.

Black Badge, ou la personnalisation selon Rolls-Royce

La série Black Badge représente un point marquant pour la prestigieuse marque, et cette grande berline Ghost n’est qu’un début. On sait que la Wraith, qui n’a pas pu être présente à l’événement, peut également être livrée avec la même appellation. En gros, le concept vise à satisfaire les besoins des gens qui adoptent la pratique du « black-out » sur les voitures de luxe. En offrant cette caractéristique livrable d’usine, la marque compte titiller l’intérêt d’une nouvelle clientèle plus jeune et, évidemment, très fortunée.

Mais le noir n’est qu’une suggestion. En effet, Rolls-Royce veut que sa clientèle d’exception comprenne qu’une Rolls-Royce peut être entièrement personnalisée selon les préférences, aussi exigeantes soient-elles, de son propriétaire.

Un peu plus sur cette Ghost Black Badge

Tout d’abord, c’est la toute première fois que la mythique « Flying Lady », tout au bout du capot, est vêtue de noir. En plus de cette « Flying Lady » spéciale, l’écusson à double R arbore également un fond noir sur la grille massive faite dorénavant de chrome foncé. Finalement, la Ghost chausse des jantes construites selon un amalgame  complexe de fibre de carbone et d’aluminium.

Sous l’imposant capot, on trouve un V12 biturbo de 6,6 litres qui développe 603 chevaux et 620 lb-pi de couple. Cette gargantuesque motorisation est couplée à une boîte automatique à huit rapports. Le tout permet à la grosse berline d’accélérer de 0 à 100 km/h en 4,8 secondes. Avec un poids de 5 500 livres, ce n’est pas si mal!

Mais avant de sortir son livre de chèques, il faut prendre en compte que l’acheteur éventuel de la Ghost Black Badge que nous avions sous nos yeux devra débourser 535 000$ canadiens pour l’obtenir…

Lorsque nous assistons à ce type de dévoilement, nous essayons de dresser un portrait de la compétition dans le segment précis pour que vous, chers lecteurs, puissiez prendre une décision éclairée dans vos achats automobiles.

Or, l’exercice s’avère difficile dans ce cas précis. Non seulement la compétition est limitée dans ledit segment, mais cette compétition n’est souvent pas réellement en compétition. Selon les représentants de la marque, les acheteurs typiques de Rolls-Royce ne font aucun compromis. Aujourd’hui ils achètent une Ghost Black Badge, et demain ils achèteront une Bentley Mulsanne, c’est beaucoup plus simple comme ça? Pas vrai?

Haut